Vous êtes ici

La petite histoire drôle du café

16 Mai 2018

La petite histoire drôle du café

  1. Qu’est-ce que le café :
    Le café est le fruit du caféier, un arbuste tropical qui pousse à flanc de montagne. Les  fruits, appelés drupes, sont comme des petites cerises à 2 pépins. Ils poussent le long des branches, un peu comme sur un framboisier.  Les fruits n’ont presque pas de chair, l’épaisseur d’un ongle.  Les pépins sont carrément les  grains de café, une fois lavés, séchés et rôtis.
  2. Le berger et le moine
    L’histoire du café commence en Éthiopie. C’est un peu un pays étrange: un grand plateau fertile, entourés de volcans et de déserts. C’est aussi le premier pays au monde qui est devenu chrétien. Ce pays est couvert de monastères creusés dans le sol, comme des gratte-ciels creusés à l’envers. La légende veut que ce soit  dans un de ces monastères, dans la province de Kaffa, que ça ait commencé. Dans le temps, les  moines priaient 5 fois par jour, une fois en plein milieu de la nuit et une fois vers 5 heures du matin. C’est dur sur un système, ça. Un matin, un moine bien fatigué  voit arriver un berger avec ses chèvres. Les chèvres sont énervées, elles sautent partout. « qu’est-ce qu’elles ont tes chèvres? »  « Ah, elles  ont mangé ces fruits-là. ». Le moine se dit : «  je pourrais manger n’importe quoi pour sauter partout moi aussi, mais j’ai plus de dents! » Alors, il met les fruits en bouillie, se fait un potage avec ça et POW. Vous avez devant vous le moine le plus réveillé au sud du Sahara. Je vais vous dire, il n’a plus jamais eu de problème à faire ses prières de nuit! Il va partager son secret avec les autres moines et au fil du temps, ils vont raffiner la recette et faire pas mal d’argent avec.
  3. L’émeute du café
    Les Éthiopiens vont vendre leur « fruit de Kaffa » aux arabes, leurs voisins. Comme les arabes sont musulmans et qu’ils n’ont pas droit de boire de l’alcool, le café devient vite assez populaire merci. Au Caire, en Égypte, la ville devient remplie de cafés bistros, ou les gens se rassemblaient pour boire ça et jaser. Un important politicien égyptien, un certain Haïr-Bey, qui était, He hum, haït par sa population, se rend compte que le monde parle contre lui dans les cafés. Plutôt que de s’améliorer, il décide de rendre illégal le café. La mauvaise idée. La ville du Caire subit de graves émeutes, le pays est définitivement affaibli et 7 ans plus tard, les Turcs conquièrent l’Égypte et le café les a conquis.
  4. Les turqueries caféinées
    Les turcs ont eu un empire immense qui s’étendait de l’Algérie à l’Iran et de la Hongrie à l’Arabie. Et partout où ils s’installent, ils amènent avec eux le café. Ils développent le « café turc », un petit café pâteux hyper fort qui réveillerait les morts ou ferait gagner la coupe Stanley au Canadien. Ça serait d’ailleurs une des premières drogues de combat parce que les soldats turcs en prenaient avant les batailles et « mettons qu’ils ne dormaient pas sur la switch ».
  5. Le siège
    Leurs pires ennemis étaient les autrichiens qui, dans le temps, étaient les empereurs d’Allemagne et de pas mal toute l’Italie. Les Turcs et les Autrichiens ont été en guerre une bonne vingtaine de fois. Des fois, un gagnait, l’autre perdait et ils s’échangeaient les villes d’une guerre à l’autre. Cette fois-là, c’était la ville de Buda qui était la cible de la guerre. Après un très long siège, les turcs s’étaient rendu compte qu’ils ne l’a gagneraient pas, celle-là ils avaient plus rien à manger.  Aussi bien négocier… Mais les autrichiens étaient bien choqués cette guerre-là, ils avaient même inventé une sorte de petit pain en forme de symbole musulman, le croissant, qu’ils mangeaient en regardant les musulmans mourir de faim.

    Le commandant turc invite le général autrichien à boire un café. Le général fait son baveux, trempe son croissant dans le café, il y goûte. Et là, lui qui avait des yeux gros comme des trous de suce, s’est ramassé avec les yeux comme des soucoupes. Wow! Ok on fait la paix si vous nous fournissez plus de café! Oui Sidi, pas de problèmes sidi. Entre ça et se faire zigouiller… On est prêts à négocier!

  6. Le roi et les jumeaux
    Le général ramena le café et croissant à Vienne et partit une vague qui leva à travers l’Europe. Le café était déjà connu, mais l’idée de mélanger pâtisserie et café par contre, c’était « sur la coche ». Toutes les villes ouvrirent des salons de café où les gens à la mode venaient boire leur café en parlant du dernier livre de Voltaire ou de la perruque laide de la maîtresse du roi. Mais les médecins avaient pris en grippe le produit et disaient qu’il s’agissait d’un poison. Le monde n’a pas vraiment écouté les médecins, comme d’habitude, sauf en Suède où c’est devenu une vraie chicane. Le roi de Suède, Gustave III, décide de régler ça en faisant une expérience scientifique. Deux frères jumeaux venaient d’être condamnés à mort pour avoir volé un pain ou tassé un poteau, on ne sait plus trop. Le roi leur fait l’offre suivante : « on vous rend la liberté à une condition; l’un de vous devra boire 3 cafés par jour et l’autre 3 thés par jour jusqu’à votre mort. On va savoir comme ça si le café est poison ou pas. » Les deux frères, on comprend, s’obstinèrent pas trop avec le roi. « Oui, pas de trouble, votre majesté ». Le buveur de thé mourut à 83 ans, le buveur de café quelques années plus tard. Le roi et les médecins moururent longtemps avant eux. Le café est devenu très populaire et les médecins, un peu moins.
  7. Les révolutionnaires :
    On connait l’épisode du Tea Party, quand les révolutionnaires américains ont jeté le thé anglais à la mer. Il y a eu une conséquence par contre à cet épisode. Oups. On n’a plus de thé à boire… Euh. Ouains. On n’y avait pas pensé à celle-là. Le café est devenu populaire aux USA, comme boisson de remplacement. Ce n’est pas la seule place où révolution et café vont de pair. En France, lors de la révolution, les partis politiques prirent le nom du café où ils tenaient leurs réunions, comme les jacobins, girondins, ainsi de suite. L’exécution du roi Louis fut décidée au café du Paon, dans l’arrière-salle, où les représentants de tous les partis se réunirent pour prendre cette décision.
  8. Balzac, Proust et la Belle Époque
    La révolution française passa, mais pas les cafés. Le Paris de la belle époque était le lieu de divertissement favori de la société, un peu comme les Tim Horton’s de nos jours. On y buvait le fameux café à la cannelle de M. Moriondo, l’inventeur italien de l’expresso. Tous les grands écrivains comme Balzac, Proust, Hugo et les grands peintres comme Degas, Monet, Renoir, se tenaient dans les grands cafés et passaient leurs journées à s’y obstiner.
  9. Café et cowboys
    Moins raffinés, les cowboys aussi buvaient leur part de café. Le café du far West impliquait des grains de café, une pincée de sel de mer, une fleur de chicorée séchée et on écrasait le tout dans un vieux bas avec la crosse de son revolver puis on infusait ça dans une tasse d’eau bouillante. J’ai jamais compris s’il fallait que le bas ait été porté ou pas, mais bon. C’est moins important que l’impact dans la culture américaine. Comme les cowboys étaient souvent solitaires et souvent des immigrants, ils parlaient souvent mal anglais, et boire un café ensemble était la façon pour eux de socialiser. Même s’ils se comprenaient pas, s’asseoir ensemble dans le désert avec une bonne tasse chaude, ça faisait la job. Plus tard, pendant la prohibition, c’était même le seul « drink » que les américains pouvaient boire, ça a renforcé le statut de breuvage social. On appelait une tasse de café « a cup of Joe » et encore aujourd’hui, dans les diners, on voit des descendants des cowboys s’asseoir ensemble et se jaser, même s’ils ne se connaissent pas, autour de ce breuvage célèbre.
  10. L’âge d’or
    De nos jours, on vit un âge d’or du café. Il s’agit de la denrée la plus transigée sur la planète et elle est plantée dans 4 continents et bue dans 6. Le tiers de toute l’eau potable bue sur la planète l’est sous forme de café. Il y a maintenant plus de cafés Starbucks aux USA que de McDonalds. Le plus vieux café au monde est le café Procope de Paris, ouvert en 1686, l’année même du siège de Buda. Le plus grand producteur de café est le Brésil, suivi par le Vietnam et l’Indonésie. Quant à l’Éthiopie, le berceau du café, la production a dramatiquement périclité suite à la guerre civile et la famine des années 80.

Nouvelles récentes